Un équilibre dans la diversité humaine

Toi, oui toi qui fait partie de la grande famille humaine. Merci d’avoir rejoint l’expérience. Merci à toi pour la place que tu occupes. Sans un seul de nous, la Terre ne serait pas la même. Car nous sommes chacun d'entre nous l’expression de la conscience planétaire.

Depuis la nuit des temps on parle de l’âme de la Terre, on dit que la Terre mère est vivante. C’est vrai ! La Terre notre planète est vivante comme tout ce qui existe dans l’Univers est vivant et conscient. Du règne animal en passant par les plantes, le monde minéral et jusqu’au sein de l’atome et des fondements de la matière.

L’Univers est conscient de lui-même comme nous sommes conscients de notre propre personne.

Cependant la plupart d’entre nous voyons cette conscience comme quelque chose d’extérieur à nous-même. Comme si nous devions nous connecter à l’Univers pour faire partie de lui. Hors la conscience universelle n’est pas extérieure à la nôtre. Nous-même sommes l’expression d’une part de cette conscience universelle – et donc à plus petite échelle nous sommes une part de celle de notre planète, la Terre.

À la fois la Terre nous a créé, à la fois nous sommes Elle. Nous sommes une part de sa conscience ; tout comme les êtres des autres règnes tels que le végétal, l’animal ou le minéral le sont aussi.

En tant qu’humains nous avons le rôle d’encoder l’information universelle provenant de la conscience source d’une certaine manière. Ensuite chacun d’entre nous avons un rôle différent dans l’encodage de cette information. C’est à dire que chacun de nous à pour rôle de matérialiser une facette de la conscience source. Voici pourquoi au sein du règne Humain, tout comme au sein des autres règnes il y a tant de diversité.

 

La diversité est la plus grande richesse de notre planète

J’attache une grande importance à la diversité. J’admire chaque chose pour sa manière singulière d’être.

Dans l’ère de la globalisation que nous vivons actuellement, c’est une chose à laquelle nous devons faire attention. Nous avons le devoir de veiller à ce que cette diversité ne se perde pas, à ce que nos différences ne se diluent pas dans la masse – car ceci reviendrait à réduire l’ampleur et la force de la conscience humaine.

Ce à quoi la globalisation nous servira, c’est d’être là pour harmoniser le tout.

Effectivement, la diversité sur le plan humain est tellement grande qu’elle peut aussi nous séparer. Nous le voyons à travers nos différences culturelles et nos manières différentes de penser par exemple. Vous savez combien au sein d’une même cellule familiale ou d’un même pays il est déjà difficile de vivre en harmonie. C’est normal ! La cohérence sur le plan humain est très difficile car très complexe et dense. Nous sommes plus de 7 milliards d’humains sur Terre, ça fait donc plus de 7 milliards de façon différente de voir le monde. C’est énorme. Et c’est quelque chose auquel on ne pense pas forcément, mais pourtant la difficulté se situe ici.

Ainsi, tout en préservant la diversité – car c’est précisément l’intérêt primordial de l’expérience humaine – nous devons faire entrer en cohérence nos différences par un lien, par des liens.

Pour moi, il y a d’abord une chose primordiale à intégrer, une chose qui permet l’existence et la création de ce lien:

Beaucoup vous parlerons de compassion, d’empathie. Oui, la compréhension de l’autre est une chose formidable mais pas toujours accessible pour tout le monde et à tout moment. Du moins pas avant d’avoir franchi cette première étape :

Avant de chercher à comprendre l’autre il nous faut d’abord intégrer une notion primordiale. Celle de l’acceptation.

Acceptation veut dire : “Je reconnais ton existence dans sa totalité.” C’est aussi simple que ça, et pourtant c’est un travail extrêmement difficile et long. Car il nécessite un grand détachement, il nécessite d’outrepasser le jugement.

Il nous arrive de rencontrer des situations ou des personnes que nous n’acceptons pas. Attention : cela ne veut pas dire que nous devons laisser passer certains comportements ou ne pas régler certaines situations. Cela veut dire que justement, pour régler certaines situations nous devons premièrement reconnaître l’existence des choses, et ne pas se battre contre l’existence même de cette chose. (puisque cette chose existe déjà, donc le combat est perdu d’avance.)

 

 

 

Les problèmes font eux aussi partie de l’existence. Leur existence est légitime car elle est une réponse mécanique à une incohérence des pensées, des faits, etc… 

La première étape pour régler un problème est d’abord d’accepter la situation ou les personnes impliquées pour ensuite pouvoir organiser quelque chose de cohérent qui va rétablir l’équilibre.

Si on n’accepte pas la situation, c’est comme si on se bandait les yeux… Essayez pour voir, de défaire un nœud avec les yeux bandés et en portant des gants de ski ! vous comprendrez de quoi je parle :p ! 

L’acceptation c’est donc se débander les yeux et enlever ses gants, c’est la plus importante des étapes pour rétablir un lien d’harmonie avec le reste de l’existence.

Si nous n’acceptons pas la réalité des choses alors nous n’avons aucune chance de changer cette réalité.

 

 

Nous vivons dans un monde fait de dualités et de paradoxes. Ainsi, les choses qui nous séparent sont aussi celles qui nous lient.

En tant qu’être humain notre compréhension des choses se fait d’abord émotionnellement. Cette manière de fonctionner propre aux mammifères est commune à tous les êtres humains. Nous intégrons les choses d’abord par le système émotionnel. C’est premièrement pour cela qu’il est si difficile pour un être humain d’être au clair avec ses propres émotions, car souvent la quantité d’informations est difficile à digérer ( surtout s’il y a blocage ).

Nous avons pleins d’autres façons de tisser des liens entre nous… Mais le plus important de tous les liens est l’émotionnel. C’est pourquoi il est important qu’individuellement nous maintenions notre système émotionnel sain. Je sais au combien c’est difficile pour certains d’entre nous qui pouvons ressentir un certains chaos émotionnellement parlant. Mais ce chaos n’est pas forcément une mauvaise chose, c’est une opportunité de transformation. 

Quand il y a chaos, cela veut aussi dire que les choses bougent… Mais vous savez tout aussi bien que moi que certaines choses prennent du temps ! Cela a pris des millions d’années par exemple avant que les autres règnes vivant ne trouvent un équilibre sur Terre. C’est pareil pour l’humain, aujourd’hui le règne humain est en pleine évolution. Il commence tout doucement à avoir de l’ancienneté, mais en réalité la conscience humaine est encore très jeune et ne demande qu’a évoluer.

 

 

 

Se connecter aux autres règnes vivants

En vous connectant à ce qui est déjà en harmonie, votre être va apprendre à le devenir aussi. La nature est un excellent professeur. Intéressez-vous à elle, car elle nous ressemble et fait tout autant que nous partie de l’existence. Nous sommes irrémédiablement connectés à elle – à la fois physiquement (sur le plan biologique) et énergétiquement. 

Quand nous cherchons à la comprendre, nous tournons notre regard vers nous-même et nous apprenons de nous-même. 

Pas besoin d’avoir une approche intellectuelle et analytique de cette nature. Vous le pouvez si vous en ressentez le besoin, mais l’important est de se connecter au-delà de la contemplation, au-delà de l’analyse et même du ressenti. 

Vous êtes cette nature, et elle évolue avec vous. En vous connectant à elle vous vous connectez à vous même. 

Rappelons-nous…. Nous ne faisons qu’un avec l’Univers…  Car nous sommes une projection de la conscience de la planète Terre, qui elle même est une projection de celle du Soleil, qui est une projection de la galaxie, etc… L’ensemble est une projection de l’Univers lui même.

ELOHRIËL

Cet article est protégé par des droits d’auteurs, afin de préserver son intégrité, le partage (même partiel) fait autrement que par le moyen d’un lien vers cette page n’est pas autorisé. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *