Le temps et la connaissance de soi

Il y a quelque temps, j’ai atteint un stade où je pensais me connaître totalement.

En réalité, je découvre maintenant que j’ai plutôt découvert comment apprendre à me connaître… C’est comme si j’avais trouvé la pointe d’un rocher dont la quasi-totalité de la masse était enterrée.

Je pense qu’il n’y a pas vraiment de stade où l’on peut dire : « ça y est, je sais qui je suis !  » – Car nous nous réinventons sens cesse…

Personnellement je le ressens comme une amplification de mon être à chaque instant. Mais en même temps, je le vis comme une découverte, une exploration de moi-même.

Effectivement, je me compare à un arbre qui grandit. Leurs branches s’étendent de jour en jour. Mais nous, en observateurs, découvrons peu à peu cet arbre au fil du temps qui passe. Nous découvrons par le phénomène du temps sa nature, sa façon de se mouvoir et d’occuper l’espace. Ainsi, la façon qu’a cet arbre de grandir est juste une matérialisation progressive de son être par rapport à la dimension espace-temps. Ce que je veux dire c’est que cet arbre ne « devient » pas l’arbre, il « l’est » par nature depuis qu’il est une graine. 

C’est cette nature qui se matérialise au fil du temps et qui va définir la façon qu’a l’arbre de s’intégrer dans l’espace et le temps. (Je parle « d’Intégration » : c’est une façon qu’ont les choses d’exister dans notre réalité – intégration de l’esprit dans la réalité matérielle – espace et temps. )

 

 

 

comment manifester notre identité profonde ?

Parfois je suis comme : « wow ! Ceci est parfaitement moi ! ça me fait vibrer. Ceci est juste pour moi… » Quand cette sensation très forte vous parvient, c’est que votre cœur répond tout naturellement aux fréquences qui correspondent à votre Être. (Être=champ d’existence qui vous est propre) C’est comme si vous aviez retrouvé une partie de vous. Le cœur est le premier organe à recevoir l’information, c’est lui qui va témoigner par un ressentit très fort ce qui est juste pour vous ou ce qu’il ne l’est pas. 

Ce qui s’est produit à ce moment-là est un alignement de la réalité matérielle (espace-temps) avec votre réalité spirituelle. C’est-à-dire que votre personnalité ( être terrestre), s’est alignée avec votre identité profonde qui représente ce fragment de l’existence totale qui vous appartient et ne fait qu’un avec le reste de l’Univers.  

Dans la réalité de l’âme il n’y a pas de temps. Nous découvrons donc avec le temps terrestre (en tant qu’être incarné) ce que nous sommes de manière immuable et intemporelle (notre identité profonde).

Le temps utilisé dans l’expérience humaine est comme une énergie permettant à l’être incarné, et de façon plus large, à l’Univers d’étendre le champ de l’existence jusque dans la matière. Le monde matériel qui est une réalité très dense et donc qui nécessite et produit des quantités d’énergies très importantes. Le temps c’est comme de l’eau qui coule dans un moulin, il permet dans cette réalité d’alimenter les mécanismes de notre conscience et plus encore… comme par exemple l’existence même de ce monde matériel. 

Le temps est une force, c’est lui qui a permis à la vie de naître sur Terre. Nous, êtres humains sommes nés de ce temps et sommes intégrés à lui. Nous sommes cette vie… Nous naissons, nous mourrons, nous grandissons. Le temps donne une texture et une profondeur à la réalité dans laquelle nous vivons. Permettant une distance au niveau de la conscience entre le début et la fin d’une chose.

Cette distance est tout l’intérêt de la notion du temps au sein de notre réalité matérielle. En (re)devenant nous-même à chaque instant nous permettons avant tout à notre être de vivre son identité sous de multiples formes, puis dans un second temps, les transitions multiples de notre être matériel génèrent elles aussi de l’énergie qui va alimenter le champ d’existence universel – donc notre propre champ d’existence également. Ces transitions de l’être sont comme les pulsations d’un cœur, avec des phases de régression et des phases d’expansion. 

 

Expansion et Régression…

Ce battement est la manière qu’a l’Univers de se maintenir en vie éternellement. 

En nous alignant à notre être profond, ce battement s’installe dans notre vie. Nous pourrons alors observer certaines facettes de notre personnalité disparaître au profit d’autres. Un mouvement d’expansion et de régression va s’installer. Mais selon mes observations, autour d’une certaine constante tout de même…  

Et c’est cette « constante » que j’appelle identité profonde, qui se manifeste sous plusieurs formes et qui paradoxalement dans sa « constance » incite au renouvellement perpétuel de l’être incarné.

 

ELOHRIËL

Cet article est protégé par des droits d’auteurs, afin de préserver son intégrité, le partage (même partiel) fait autrement que par le moyen d’un lien vers cette page n’est pas autorisé. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *